La maison aux orangers de Claire Hajaj

Voici l’une des lectures du Prix des Lecteurs U 2019.

La maison aux orangers de Claire Haja aux éditions le Livre de Poche.

  • Format : poche
  • Editeur : Le livre de poche
  • Nombre de pages : 480
  • Prix : 8€70

Voici la 4 ème de couverture :

Jaffa, Palestine, 1948. Salim attend impatiemment le jour de ses huit ans. Enfin, il va pouvoir accompagner son père pour la cueillette des oranges, symbole du passage à l’âge adulte. Mais il n’aura jamais cette joie : la guerre israélo-arabe débute et sa famille est obligée de fuir en laissant derrière elle la maison et les orangers.

Sunderland, Angleterre, 1959. Judit, 12 ans, doit préparer sa bat mitsvah. Elle voudrait pourtant oublier son prénom trop connoté, le poids écrasant du passé familial, hanté par les pogroms russes et les camps allemands, elle se jette à corps perdu dans la natation.

Londres, swinging sixties. Lorsque leurs chemins se croisent, Judit et Salim tombent follement amoureux. Comment réussir à imposer leur histoire? Parviendront-ils à surmonter les embûches qui les attendent?

Mon avis :

Dans un premier temps, on découvre la vie de Salim, jeune Palestinien de 8 ans, et celle de Judit jeune fille juive vivant en Angleterre. On découvre leur enfance, leur vie façonnée par les traditions et les cultures. Dans une deuxième partie, on les suit en Angleterre, le lieu de leur rencontre et du début de leur histoire d’amour. Et enfin, leurs vies d’adultes et de parents.

Il est intéressant de suivre ces personnages de leur enfance à l’âge adulte. On les découvre enfant, dans ce contexte de différences par rapport à leurs religions, à leurs cultures, et on les voit évoluer et grandir au milieu de tout ça, et se rencontrer. Cette rencontre, qui sera pour chacun d’eux, une évidence, va bouleverser leurs vies.

Comment vivre au milieu de ces différences? Comment alliez ces deux cultures? Comment faire front face à ce passé douloureux, et prouvez aux autres que leur amour est plus fort que leurs différences?

J’ai beaucoup aimé l’histoire que nous raconte ici Claire Hajaj, car oui l’histoire parle d’amour, mais elle reste lucide, cet amour même s’il est fort, est tiraillé par le poids de leur passé, par leurs racines profondes, et les blessures de leur enfance. Certains passages m’ont énormément touché, l’enfance de Salim et le déchirement de devoir quitter la maison de son enfance; la maison aux orangers ou encore la rencontre entre Salim et Judit, qui va donner un rythme à l’histoire.

J’ai parfois eu du mal à suivre, cette guerre israélo arabe étant le socle de l’histoire, j’avoue m’y être perdu plus d’une fois ( par manque de connaissance sur le sujet sans doute ) . La première partie, m’a paru longue et j’ai manqué d’intérêt pour certains passages ce que je déplore quand même, car plus d’une fois au début j’ai voulu abandonner le livre. Mais la deuxième partie donne du rythme et du contenu, et enfin je me suis laissée happée par l’histoire, et je ne regrette pas une seconde d’avoir continué à le lire.

En conclusion :

Une belle histoire d’amour, de paix et de tolérance. Grandir malgré le poids du passé, de nos racines, et de nos religions, et avancer malgré tout en suivant son propre chemin. Ce roman est une belle découverte pour moi.

Sortie du livre en format poche : le 27 mars prochain.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s