Parce que c’était toi… de Bruno Combes

Parce que c’était toi… de Bruno Combes aux éditions J’ai lu.

  • Format : poche
  • Editeur : J’ai lu
  • Nombres de pages : 312
  • Prix : 7€60

Voici la 4ème de couverture :

A l’âge de seize ans, ils s’étaient juré un amour éternel. 27 ans plus tard, ils se sont retrouvés et rien n’a pu empêcher cette passion de renaître. Ni les deux beaux enfants de Camille, ni Richard, son mari. Stephen, totalement libre, lui, ne peut plus supporter cette situation. Il somme Camille de choisir. Bouleversée par cet ultimatum, elle a un accident de voiture. Stephen la bombarde d’appels, lui demande pardon… Camille est rassurée : dès qu’elle ira mieux, tout recommencera comme avant. Sauf que tout change…

Mon avis :

Ce livre est la suite de  » Seulement si tu en as envie..  » également aux éditions J’ai lu ( voir chronique précédente ).

J’ai lu les deux livres à la suite, et j’avoue que j’ai eu du mal à apprécier le début sachant qu’il reprenait les grandes lignes du livre précédent, et cela me paraissait redondant. Je sais que cela est nécessaire, pour se réapproprier l’histoire ou même pour quelqu’un qui n’aurait pas lu l’autre, mais moi cela m’a paru longuet.

Une fois, les personnages remis en place ainsi que les événements majeurs, on rentre dans la suite de l’histoire. Camille est plus que jamais perdu et son amour passionnel va lui faire frôler la mort ainsi qu’à sa fille Vanessa.

On retrouve une Camille différente, ébranlée par son accident et les conséquences qu’il aurait pu avoir sur elle et sa famille, et pourtant son amour pour Stephen est toujours aussi fort et déraisonnable. Elle va devoir affronter bien des obstacles si elle veut poursuivre avec lui et prendre enfin une décision.

J’avoue avoir eu du mal à comprendre Camille dans ce livre, je la trouve même un peu lâche dans ses réactions et ses attitudes face à Richard. Je pense que c’est cela qui fait que j’ai moins accroché à l’histoire, Camille fait ses choix certes mais j’avoue ne pas en avoir compris certains.. j’aurais aimé sans doute un autre dénouement. Il n’empêche que cela n’enlève rien à la qualité de la plume de Bruno Combes, et de sa finesse d’écriture. Comme le livre précédent, c’est une histoire qui se lit facilement, sans prise de tête et qui sera parfaite elle aussi au bord de la plage ou de la piscine pour partager pendant quelques heures le quotidien de Camille et Stephen.

Une fois encore, j’ai apprécié les petits préludes au début de chaque chapitre, cela apporte du plus à la lecture.

Si vous n’avez pas lu le précédent livre, cela n’empêche en rien de lire celui là car comme je le disais précédemment tout est repris au début du livre.

Seulement si tu en as envie de Bruno Combes

Seulement si tu en as envie… de Bruno Combes aux éditions J’ai Lu.

  • Format : poche
  • Editeur : J’ai lu
  • Nombre de pages : 316
  • Prix : 6€90

Voici la 4ème de couverture :

Il l’attend depuis toujours… elle ne l’a pas oublié !

Résumé :

Camille est mère de famille et mène avec brio sa carrière d’avocate. Néanmoins, elle se sent étriquée dans sa vie de couple et avance dans la vie avec une certaine lassitude jusqu’au jour où le premier garçon qu’elle a aimé la recontacte.

Elle est loin d’imaginer que cela va marquer un tournant dans sa vie, que toutes ces certitudes vont être bousculer au point de tomber à nouveau sous le charme de Stephen.

Mais rien ne sera simple, mener une double vie ne dure qu’un temps….

Mon avis :

Un sujet abordé certes déjà maintes fois, mais Bruno Combes sait décrire les émotions de ses personnages avec une finesse incroyable. La sensibilité de son écriture est indéniable, on ressent toutes les émotions de Camille, ses questionnements, ses envies, ses doutes. Il en va de même du point de vue de Richard, son mari et de Stephen, chaque émotion est décrite avec justesse et donne vie à cette histoire.

Les chapitres sont courts et se lisent facilement, chacun commencent par un petit texte qui décrit le titre de celui ci et qui donne une belle entrée en matière pour la suite de l’histoire.

Par exemple : Chapitre 1 : Cet hiver là…

 » Cet hiver là sentait le parfum des souvenirs et la nostalgie du temps qui passe. Cette étrange lassitude qui nous envahit parfois et nous attire au bord du précipice du doute.« 

Cette lecture est parfaite pour l’été, alors on la glisse dans notre valise et on suit les aventures de Camille et Stephen sur la plage ou au bord de l’eau, mais seulement si tu en as envie…

( ce livre a une suite que j’ai également lu, sa chronique viendra bientôt, patience 🙂 )

Même les méchants rêvent d’amour – Anne-Gaëlle Huon

Même les méchants rêvent d’amour de Anne-Gaëlle Huon aux éditions Albin Michel.

  • Format : broché
  • Editeur : Albin Michel
  • Nombre de pages : 368
  • Prix : 19€90

Voici la 4ème de couverture :

Jeannine, 80 ans passés, à la mémoire qui s’effiloche. Les jours sont comptés avant que ses souvenirs plient bagage. Alors Jeannine fait des listes, toutes sortes de listes. Et surtout, elle consigne dans un carnet ce qu’elle n’a jamais osé raconter. L’histoire d’un secret, d’une rencontre, d’un mensonge.

Elle se confie à Julia, sa petite fille. Quand celle-ci la rejoint en Provence, elle découvre une maison de retraite très animée. Tandis que Jeannine semble déjà partie bien loin, le précieux carnet s’offre à Julia comme un cadeau du destin. Entourée d’une bande de joyeux pensionnaires, la jeune femme va tenter de faire la lumière sur les zones d’ombre du récit. Et lever le voile sur l’histoire d’amour bouleversante qui a marqué la vie de sa grand-mère. Et s’il n’était pas trop tard pour réécrire le passé?

Mon avis :

Une histoire qui se lit comme on déguste un bonbon, on prend son temps, on apprécie le goût et on aimerait qu’il ne se termine jamais.

La transmission est le thème de ce livre, cette grand mère qui apprend qu’elle a la maladie d’Alzheimer et qui veut, avant que ses souvenirs s’évanouissent, raconter à sa petite fille son histoire. Car oui c’est avant tout sa grand mère, celle qu’elle connaît depuis toujours, et pourtant elle a eu une vie avant, et des secrets bien gardés. Mais au fil des découvertes, il semblerait qu’elle ne soit pas la seule à avoir des secrets et que ceux ci serait peut être la clé pour l’aider à comprendre certaines choses.

Julia, va marcher sur les traces de sa grand mère, et qui sait peut être lui permettre à elle aussi de trouver des réponses à sa propre vie.

Des rencontres émouvantes, des personnages hauts en couleur, j’ai réellement adoré cette histoire. L’auteur nous décrit avec merveilles les émotions que peuvent ressentir l’entourage où même la personne atteinte d’Alzheimer tout en mettant une touche d’humour en décrivant les situations cocasses que ces dernières vivent parfois.

Je ne saurais que vous recommander ce livre, assis sur une terrasse au soleil, au bord d’une piscine ou tout autre endroit ensoleillé, car ce livre est gorgé de soleil.

Quand nos souvenirs viendront danser de Virginie Grimaldi

Quand nos souvenirs viendront danser de Virginie Grimaldi aux éditions Fayard.

  • Format : broché
  • Editeur : Fayard
  • Nombre de pages : 360
  • Prix : 18€50

Voici la 4ème de couverture :

« Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous
avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous
nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins
non clôturés.
Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs
sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole
qu’en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six :
Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline.
Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons,
nos mémoires, nos vies –, nous oublions le passé pour nous allier
et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus
rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. »
À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs,
Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets
de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.

Mon avis :

J’ai découvert Virginie Grimaldi l’an dernier avec son roman  » Il est grand temps de rallumer les étoiles  » que j’avais vraiment adoré, et par la suite, j’ai lu tout ses livres avec autant de plaisir. Celui ci, ne fait pas exception à la règle, et je trouve même que c’est son plus beau livre.

On découvre Marceline, Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, et Gustave derniers habitants de l’impasse des Colibris. Cette impasse va être raser sur décision du maire afin d’y construire une école. Une impasse comme les autres me direz vous? Pour les gens de l’extérieur sans doute! Mais pour ses habitants, elle renferme toute leurs vies, leurs souvenirs, leurs joies et leurs peines. Dès lors, un combat s’en relâche va démarrer afin de contrer les projets du maire, un combat contre la destruction de cette impasse, mais aussi un combat contre la destruction de leurs souvenirs, un combat qui loin d’être vain, va les réunir et les replonger dans le passé.

Cette histoire est particulièrement touchante, Virginie Grimaldi a ce don de vous faire passer du rire aux larmes d’une phrase à l’autre. Par ce roman, elle nous fait réfléchir sur le temps qui passe et l’importance de profiter de chaque instants, qu’ils soit bons ou mauvais, l’essentiel étant de ne pas avoir de regret mais de vivre intensément chaque seconde qui passe.

J’ai fini ce livre en une journée, et je suis triste de quitter l’impasse des Colibris. Je vous souhaite de lire ce livre avec autant de plaisir que moi, et de ne pas oublier l’importance des souvenirs que l’on se créent au fil d’une vie.

Une évidence d’Agnès Martin-Lugand

Une évidence d’Agnès Martin-Lugand aux éditions Michel Lafon.

  • Format : broché
  • Editeur : Michel Lafon
  • Nombre de pages : 380
  • Prix : 19€95

Voici la 4ème de couverture :

Reine, mène une vie heureuse qu’elle partage entre son fils de 17 ans et un métier passionnant. Une vie parfaite si elle n’était construite sur un mensonge qui, révélé, pourrait bien faire voler son bonheur en éclats… Faut-il se délivrer du passé pour écrire l’avenir ?

Mon avis :

J’ai plongé une nouvelle fois sans crainte dans le dernier roman de cette auteure, et je peux vous dire qu’encore une fois elle a su m’emporter entre Rouen et Saint Malo avec ses personnages. Son écriture est addictive, une fois commencé impossible de refermer le livre.

Ses personnages sont si touchants, si attachants, impossible de ne pas s’identifier à eux. Ils nous ressemble, avec leurs questionnements, leurs tourments, leurs espoirs, leurs vie, cela rend la lecture encore plus prenante.J’ai aimé avec Reine, crier avec Reine, frémit avec Reine, pleurer avec elle.. Les émotions que les personnages traversent sont décrites avec une telle sensibilité que cela les rend d’autant plus intenses.

Je crois que j’ai trouvé mon COUP DE COEUR de l’année, j’ai dévoré ce livre en moins de 48h et j’ai été triste de quitter les personnages et de fermer la dernière page.

Si vous avez déjà lu un des ses livres, je sais que vous aimerez celui ci aussi, et si vous ne connaissez pas encore cette auteure alors foncez sans crainte, cette histoire va forcément vous bouleverser.

Le bonheur n’a pas de rides d’Anne-Gaëlle Huon

Le bonheur n’a pas de rides d’Anne-Gaëlle Huon aux éditions Le livre de poche.

  • Format : poche
  • Editeur : Le livre de poche
  • Nombre de pages : 364
  • Prix : 7€90

Voici la 4ème de couverture :

Le plan de Paulette, quatre-vingt-cinq ans, semblait parfait : jouer à la vieille bique qui perd la tête et se faire payer par son fils la maison de retraite de ses rêves dans le sud de la France. Manque de chance, elle échoue dans une auberge de campagne, au milieu de nulle part.

La nouvelle pensionnaire n’a plus qu’un objectif : quitter ce trou, le plus vite possible ! Mais c’est compter sans sa nature curieuse et la fascination que les autres résidents, et surtout leurs secrets, ne tardent pas à exercer sur elle.

Que contiennent en effet les mystérieuses lettres cachées dans la chambre de monsieur Georges? Et qui est l’auteur de l’étrange carnet trouvé dans la bibliothèque? Une chose est certaine : Paulette est loin d’imaginer que ces rencontres vont changer sa vie et peut-être enfin, lui donner un sens.

Mon avis :

Je tourne tout juste le dernière page de ce livre, et je suis remplie d’émotions. Quelle belle histoire que celle de Paulette. Cette femme aux abords désagréables, et ronchons qui se révèle totalement attachante et sensible au fil des pages. Qu’il fait bon vivre dans cette auberge, entouré de Monsieur Yvon, Nour, Hippolyte, Juliette, Marceline et monsieur Georges.

L’histoire commence pourtant mal, Paulette qui rêve d’intégrer cette jolie maison médicalisée qui l’a fait tant rêver, va se retrouver par un coup du sort ( ou plutôt de sa belle fille ) dans une auberge de campagne au milieu de nulle part. Son seul objectif sera de partir de là le plus vite possible, et par n’importe quel moyen. Mais les choses ne vont pas se dérouler comme prévu… Derrière cette femme à l’allure revêche ne se cacherait il pas un cœur tendre?

Une histoire pleine de fraîcheur, d’amour et d’amitié. Des personnages haut en couleur et attachants et une fin totalement inattendue et si touchante.

J’ai adoré le principe du petit carnet trouvé par Juliette à la bibliothèque, ces petites listes de  » j’aime et j’aime pas  » écrites dedans. Et je me demande même si je vais pas moi aussi en commencer une, afin de savourer les petits plaisirs du quotidien et de permettre de ne pas s’attarder de trop sur ce qui ne va pas, une jolie façon de voir la vie du bon côté tout simplement.

En bref, une belle lecture feel good, que je ne peux que vous recommander.

Je ne cours plus qu’après mes rêves de Bruno Combes

Je ne cours plus qu’après mes rêves de Bruno Combes aux éditions Michel Lafon.

  • Format : broché
  • Editeur : Michel Lafon
  • Nombre de pages : 394
  • Prix : 18€95

Voici la 4ème de couverture :

Je m’appelle Louane, j’ai dix-huit ans. Ma vie est facile, enfin, je l’ai cru; je ne me suis jamais vraiment posé la question. Jusqu’au jour où…

Je m’appelle Laurene, j’ai trente-neuf ans. J’ai cherché le bonheur et, en même temps, je l’ai fui dès qu’il s’approchait. Jusqu’au jour où…

Je m’appelle Louise, j’ai soixante-dix-sept ans. Mon existence m’a comblé et a été d’une parfaite tranquillité. Jusqu’au jour où…

Nous ne nous connaissions pas. Rien ne laissait prévoir l’aventure que nous allions partager. Nos vies allaient en être bouleversées.

Mon avis :

J’ai eu la chance de recevoir ce livre en avant première, et dès sa réception j’ai complètement craqué sur sa couverture qui est juste magnifique. Je remercie les éditions Michel Lafon et Bruno Combes de m’avoir permis de le découvrir.

Cette histoire c’est l’histoire de 3 femmes, elles n’ont rien en commun, n’ont pas le même âge, ni le même niveau social, ni la même situation, rien ne les prédestinait à se rencontrer et pourtant les  » 3L  » : Louise, Louane et Laurene vont vivre une aventure hors du commun, au hasard de leurs vies, elles vont se trouver et s’apprivoiser.

Elles sont toutes à un tournant de leurs existences, chacune se retrouve face à un moment crucial de la vie. Quand celle ci, n’est plus celle à laquelle on aspire, quand celle ci ne répond plus à nos attentes, que faire?

Cette histoire est émouvante, on se retrouve forcément dans ces 3 femmes, car les questions qu’elles se posent, sont des questions que nous nous sommes forcément déjà posés : comment s’affranchir de ses parents, et vivre enfin ses rêves? Comment échapper à une vie toute tracé mais qui au final ne répond pas ou plus à nos attentes? Comment veut on finir sa vie, dans la dignité et dans le respect de ses envies, ou en faisant juste ce que l’on attend de nous?

Bruno Combes, est un auteur de talent, il arrive à nous faire vibrer avec ses personnages, il décrit à merveille toutes les palettes d’émotions que ces femmes vont vivre, c’est d’ailleurs une chose qui m’a touché, le fait qu’un homme puisse avoir une telle sensibilité au travers de son écriture.

Chaque chapitre, commence avec quelques phrases, sur la vie, sur nos aspirations ou nos ressentis vis à vis d’elle, et cela nous apporte un vrai plus dans l’histoire et dans le questionnement que l’on peut avoir, peut être même, sur notre propre vie.

Voici un exemple :

<< Parsemé d’embûches et de souffrances, qu’il est loin le chemin pour arriver jusqu’à soi. Nous sommes tous persuadés que demain, dans quelques mois, un an tout au plus nous choisirons enfin de vivre ce que nous souhaitons réellement. Mais combien d’entre nous oseront se poser les bonnes questions, franchir le pas et décider d’être en accord avec leurs aspirations profondes? >>

Ce livre sort jeudi 2 mai et je ne peux que vous dire de foncez vous le procurer, ce livre est une pépite, une bouffée d’amour, une ode à la vie et à l’amitié.